Création de société : L’avenir des télé-travailleurs malgaches


Actualité / vendredi, avril 28th, 2017

Madagascar est un pays où la pauvreté et la misère règnent. Face à cette malheureuse situation, il est devenu l’un des choix le plus judicieux des étranger pour faire de la sous-traitance. Ayant reçu une éducation en langue française, les jeunes malgaches peuvent aisément communiquer avec leur client. Sans omettre de préciser leur aptitude à accomplir toutes sortes de missions, dont :

– La rédaction
– L’assistance virtuelle
– La modération web
– Le télé-travail

Cette situation a donc eu raison des jeunes sortant de l’université. Face à une pénurie de travail, ils choisissent de rejoindre des société d’externalisation pour survivre. Comment se prennent-ils ? Quels sont leurs erreurs ? Dans ce billet de blog, nous allons voir pourquoi la création de société est la meilleure issue pour ces talents malgaches.

Les parcours professionnels des jeunes talents malgaches

Pour comprendre l’émancipation professionnelle des télé-travailleurs malgaches, jetons un petit coup d’oeil à leurs parcours.

À la recherche d’expérience

À Madagascar, de nombreuses petites agences naissent grâce à la sous-traitance. Pourquoi ? C’est simple, il s’agit en grande partie des anciens salariés des grandes entreprises qui veulent à leur tour percer dans l’univers des télé-services.

Ainsi, le passage au sein des grandes entreprises sont devenu une « étape indispensable » pour les sortants de l’université pour acquérir de l’expérience et suivre des « vraies formations ». Une fois ces apprentis ont renforcé leur bagage, ils quittent leur société pour travailler en Freelance. D’où, l’existence de toutes ces micro-entreprises qui sont l’incarnation même de ceux qui ont eu la chance de trouver des clients.

Toutefois, cette démarche n’est pas aussi facile que ça en a l’air parce qu’il faut des clients pour être totalement autonome. C’est pour cette raison que seul les aventureux tentent leur chance. Ceux qui ont des charges fixes tous les mois n’osent pas quitter leur travail pour la liberté. 🙂

L’enjeu d’être en Freelance

Chercher un client, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Pourquoi je dis ça ? Tout simplement parce que tout le monde a accès à internet et connaît déjà toutes ces plateformes payantes ou non-payantes, sur lesquelles les entrepreneurs, les grandes sociétés et les particuliers étrangers cherchent des freelancers pour assurer leur mission. D’où, même les débutants tentent leur chance ce qui implique que les tarifs sont devenus très bas par rapport à la moyenne. D’où, c’est rare de trouver un gros client, qui sera prêt à bien te payer.

En y pensant, j’ai même été victime d’un client qui ne voulait pas payer parce que je ne pouvais pas lui facturer mon service. Je ne suis apte à lui donner une facture valable professionnellement en tant que prestataire de service, ce qui peut lui causer des ennuis, genre des amendes.

Même si je n’ai pas envie de casser le rêve des Freelancers malgaches, il faut avoir un vrai statut avant de se lancer dans cette quête. Une démarche facile en fin de compte. Moi qui avait imaginé le pire !

Les étapes de base pour créer une société à Madagascar

Maintenant que vous savez tout, passons à l’explication (ou devrais-je dire à la simplification) des démarches à suivre pour monter une société à Madagascar.

Laissez-moi vous annoncer une bonne nouvelle. La création d’entreprise se fait en seulement 4 jours maximum à compter de la déposition des dossiers finales. Comment faire ?

Le choix du statut

Pour ne pas perdre du temps, il faut se décider du statut. Même s’il existe 5 formes de sociétés possibles à Madagascar, dans le cadre de votre projet (c’est à dire une personne qui se lance à son propre compte), le régime de l’entreprise individuelle ou EURL est ce qui convient. Il n’y a pas de doute là dessus. 

Les frais à prévoir

Concernant les frais, il faut prévoir environ 300.000 ariary, soit 100 euros. Mais tout dépend du capital social et des revenus annuels, parce que dans le cadre du télé-travail, il faut payer l’impôt Synthétique. Voici un tableau à titre indicatif. J’ai un peu arrondi la valeur en euros pour faire plus simple.

Base du calcul :

cours 1 euro = 3000 ariary

Source : EDBM

Les marches à suivre pour créer une société

Le pays dispose d’un guichet unique : EDBM ou Economic Development Board of Madagascar. C’est en partie l’une des raisons qui fait que la création de société se fait dans les plus courts délais. Voici les 8 marches de base pour obtenir un statut :
– Le regroupement des dossiers

(nécessite des déplacements à la mairie pour les légalisations)

– L’enregistrement auprès de l’EDBM
Délivrer la version définitive des dossiers
Payer les droits

– La démarche de demande du NIF ou Numéro d’Identification Fiscale

– Le paiement de la taxe professionnelle (bureau de la Perception)

– Inscription dans le registre du commerce et des sociétés

– La délivrance d’une carte statistique

– L’obtention du NIF

Les dossiers à fournir pour la création de société

Pour éviter les oublis, j’ai fait une capture d’écran des renseignements publiés sur le site d’EDBM concernant les dossiers à fournir pour créer une entreprise à Madagascar.

Source : EDBM

La protection sociale

Un des points importants, à ne pas minimiser est la protection sociale. Une fois devenu un prestataire de service, un entrepreneur individuel, un freelancer professionnel, n’oubliez pas de couvrir vos arrières. Je sous-entend ici l’importance de la couverture sociale car n’étant plus salarié, il n’en tient qu’à vous de choisir le régime qui vous convient. J’aimerais juste ajouter que de préférence, un micro-entrepreneur doit souscrire à un contrat d’assurance maladie et à un contrat d’assurance retraite.

Et les compagnies sont nombreuses à Madagascar, à ne citer que ces trois qui ont une visibilité sur le net :

NyHavana
Aro
– Mama

Les liens utiles :

– EDBM : Pour créer une entreprise à Madagascar, cliquez ici

– Nifonline : Pour télécharger le formulaire Personne Physique, cliquez ici

(demande d’immatriculation)

– CNaPs : Pour connaître la base de calcul des cotisations sociales, cliquez ici

Quelques raisons de collaborer sans intermédiaire

Je connais actuellement pas mal d’étranger qui cherche à traiter directement avec des télé-travailleurs Malgaches. Pourquoi ? Une seule bonne raison : la transparence qui établira par la suite une relation professionnelle sous le signe de la confiance.

N.B : La présence d’intermédiaire complique la situation dans le sens où la vérité se trouve transformer. D’un côté, le client se fait toujours passer pour le méchant dans l’histoire. De l’autre côté, l’employé ne peut pas s’épanouir dans son travail. Ce qui débouche à la démission. Entre les deux, l’entreprise ne perd rien. Elle gagne toujours la confiance du client qui ne voit pas la réalité en face !! ?? (Ce sont, en majeur partie, les sociétés qui n’assurent pas). Je parle là en connaissance de cause.

Les sites d’emplois et de formations à Madagascar

Les sites d’annonces les plus utilisés pour atteindre des jeunes talents à Madagascar sont les suivants :

portaljob-madagascar.com
jobmada.com
offre-emploi-madagascar.com
mg.gigajob.com

Il est indispensable de préciser que la diffusion d’annonces sur ces sites sont totalement gratuites.

Il faut toutefois faire attention à ne pas perdre du temps au niveau du recrutement, surtout en recevant une bonne cinquantaine de mail. Reconnaître les CV bidonnés sera un plus face à cette situation.

Voilà voilà ! Cette partage m’a fait du bien parce que j’ai eu l’occasion de m’exprimer sans contrainte. (avantage d’écrire sur son propre blog). Si vous avez des questions, des informations pour compléter la mienne, n’hésitez surtout pas à commenter. 🙂

Laisser un commentaire